Julien Longcoté

Une installation progressive : du maraîchage Bio à l’élevage de porcs noirs

 

Julien Longcoté, après des études en agriculture et quelques contrat de travail dans des organisations agricoles locales, s’est installé maraîcher Bio à Quissac au bord du Vidourle sur un terrain prêté. Après 2 années d’installation, les propriétaires ont voulu récupérer leurs terres…

Julien réussi à rebondir et à trouver un autre terrain en location à Sauve, il redémarre une activité de maraîchage Bio et commercialise ses produits sur son site internet « Le Jardin de Petitou »  

Catastrophe en plein été, quelques cochons élevés pour sa consommation personnelle s’échappent et dévastent toutes les cultures de légumes !

Julien est abattu mais trouve l’énergie pour rebondir et se reconvertir dans l’élevage de porcs noirs.

 

Un petit atelier d’élevage se met en place en 2016

 

Julien a aujourd’hui clôturé 2 hectares de bois dans lesquels il élève une trentaine de cochons d’une très vieille race française : le porc noir Gascon.

Cette race produit une viande de très grande qualité avec un goût unique. Les porcs sont abattus après 18 mois de croissance (contre 6 mois en élevage industriel ou 10 mois en élevage extérieur avec d’autres races).

Il a en plus la particularité de faire naitre les porcs sur son élevage !

Les cochons sont parqués dans des bois de chênes verts sous lesquels ils peuvent manger des glands et fouiller le sol pour chercher notamment quelques truffes !

Julien les alimente une fois par jour à base de :

-       Son, acheté à un paysan boulanger Bio voisin

-       Orge, acheté à un petit céréalier Bio d’Alès qui produit aussi de la farine

-       Pain Bio invendu, racheté à un artisan boulanger Bio

Début 2017, il est en train de faire les démarches pour labelliser son élevage en Bio, ce qui ne posera pas de problème vis-à-vis de la réglementation !

La transformation en charcuterie est sous traitée à des professionnels

Vu la taille réduite de son élevage et les exigences en investissement et respects des normes pour la création d’un atelier de transformation charcutière, Julien n’a pas d’autre choix à aujourd’hui que de sous-traiter le travail de transformation.

Les porcs sont abattus à Alès et transformés par un charcutier près d’Arles. Un nouveau service de charcuterie se met en place sur l’abattoir d’Alès, il permettra à Julien de récupérer ses produits transformés directement à l’abattoir.

Aujourd’hui il commercialise une petite gamme de produits : saucisse sèche, pâté de tête, friton.

 

Les projets de Julien

 

Julien est content de sa reconversion en élevage. Il pense peut être refaire un peu de maraîchage en plus mais secondairement.

Il souhaite arriver à élever une centaine de porcs noirs sur 20 hectares de bois de chênes verts et démarcher une clientèle locale mais aussi des épiceries fines pour le commercialiser dans les meilleures conditions.